banniere-fungi

Le Shiitaké

colonie de shiitaké

Histoire et origines du Shiitaké

Tirant son nom du Japonais « Shii », une espèce d’arbre proche du chêne, et de « také », signifiant simplement « champignon », le Shiitaké est un champignon vénéré non seulement pour sa rareté à l’état sauvage mais aussi pour ses nombreuses propriétés sur la santé, découvertes au fil des siècles.

Le Shiitaké appartient à la famille des Marasmiaceae et pousse au pied des chênes mais aussi des eucalyptus, des hêtre ou des châtaigniers. On le trouve le plus souvent dans les zones montagneuses, chaudes et humides de Chine, du Japon, d’Amérique du Nord ainsi qu’en Europe.

L’histoire et les origines du Shiitaké semblent remonter en 199 avant notre ère, lorsque l’empereur Chuai du Japon aurait reçu ce champignon en cadeau. Il aurait alors eu des effets positifs sur l’endurance physique, la vigueur sexuelle et la longévité de ceux qui en consommaient. Raison pour laquelle le Shiitaké porte encore aujourd’hui le surnom d’« Élixir de Vie », de « porteur de vie » ou encore de « champignon du samouraï ». Il fût ensuite diffusé dans le reste de l’Asie dès le 11ème siècle avant d’atteindre l’Occident.

La composition extraordinaire du Shiitaké fait de lui un des champignons médicinaux les plus reconnus dans le monde et l’un des plus célèbres de la médecine traditionnelle chinoise.

Apprécié en cuisine pour sa texture et sa saveur boisée, le Shiitaké est le deuxième champignon comestible le plus cultivé au monde, derrière le champignon de Paris, car il possède une saveur plus prononcée !

Même s’il est toujours possible d’en trouver à l’état sauvage, le Shiitaké fait aujourd’hui l’objet d’une culture intensive en Chine qui génère environ 80 % du marché mondial de la production (avant le Japon et les États-Unis).

Pour en savoir plus à ce sujet, voici une petite vidéo concernant le shiitaké

Les prix pouvant varier de manière importante d’un producteur à l’autre, il est important de vérifier la qualité du Shiitaké que vous souhaitez acheter. Mais quelles sont les propriétés et les bienfaits que l’on reconnaît au Shiitaké ?

Propriétés et bienfaits

En étudiant sa teneur en vitamines, en minéraux, en antioxydants et en phytonutriments, le Shiitaké semble posséder une composition unique. Il peut ainsi couvrir une grande partie des besoins journaliers en vitamine A, en vitamine C, en glucides ou encore en cuivre : une portion de 70 g de Shiitaké peut couvrir près des 3/4 des besoins journaliers en cuivre[1].

Cet élément est suivi de près par la vitamine B5 ou acide pantothénique et le sélénium, un très puissant antioxydant qui intervient dans le métabolisme des radicaux libres. Le Shiitaké est aussi riche en riboflavine (protège les cellules), niacine (permet notamment la dégradation et l’utilisation des protéines, des lipides et des glucides), en zinc, en manganèse et en ergothionéine, un antioxydant qui inhibe le stress oxydatif.

Autant de composés puissants  qui interviennent dans différents domaines notamment pour réduire l’inflammation, les tumeurs, prévenir l’apparition des bactéries, des virus et… des champignons !

En 2012, il a été découvert que le lentinane, un puissant polysaccharide contenu dans le  Shiitaké, possède des propriétés anticancéreuses. Cette recherche a mis en évidence un développement plus lent des petites tumeurs, des cellules leucémiques et du VIH[2].

Une autre étude a également révélé que les spores (mycéliums) des champignons Shiitaké ont la capacité de protéger le foie, de réduire l’inflammation et même de prévenir l’apparition du cancer chez les patients atteints de maladies chroniques[3].

Enfin, le Shiitaké est capable d’exercer une activité antimicrobienne et même antifongique[4] grâce aux diverses molécules qu’il contient telles le lentinane, la lenthionine et l’acide oxalique.

Il est alors particulièrement recommandé pour prévenir les caries dentaires, les périodontites ou encore les rhumes sous forme de cure, avant l’hiver. Le Shiitaké est donc un champignon médicinal chinois qui soutiendra votre santé à tout point de vue et à tout moment de l’année.

Vous l’aurez compris, le Shiitaké est un champignon médicinal au potentiel formidable… Mais, pour profiter de ses bienfaits dans les meilleures conditions, il convient de respecter une certaine posologie et de connaître ses quelques effets secondaires.

Posologie et effets secondaires

Parce qu’elle peut provoquer des effets secondaires, la prise de Shiitaké par les femmes enceintes, allaitantes ou les jeunes enfants n’est pas conseillée. De la même façon, les personnes qui prennent des médicaments anticoagulants ou qui vont subir une intervention chirurgicale doivent éviter toute prise de Shiitaké car le champignon contient des composés qui contribuent à clarifier le sang. Par ailleurs, les effets du Shiitaké peuvent interagir avec ceux des médicaments ou des plantes anticholestérolémiants.

D’une manière plus générale, la consommation de Shiitaké par certaines personnes peut causer :

  • une réaction cutanée, des démangeaisons voire une dermite ;
  • des troubles gastro-intestinaux (diarrhées) ;
  • des saignements de nez, une sécheresse de la bouche, de la gorge ou du nez ;
  • de l’hyperéosinophilie, une augmentation anormale du nombre d’un type de globules blancs causée par une consommation de Shiitaké sur une trop longue période.

Comme pour tous les autres champignons médicinaux chinois, la prise de Shiitaké doit être suivie par votre médecin traitant. Les dosages recommandés varient de 4 à 12 g de champignon séché par jour en fonction du taux de concentration d’actifs du produit.

Le Shiitaké s’avère particulièrement efficace en cure de 2 à 3 mois. Ce champignon se rencontre le plus souvent sous forme de poudre, de gélules ou de comprimés dont la posologie recommandée dépendra du produit.

On recommande le plus souvent la prise de 1 gélule de Shiitaké en poudre, 3 fois par jour. Tout dépend des quantités contenues dans la gélule.

[1]. Source : https://www.plantes-et-sante.fr/remedes/le-shiitake-empereur-des-champignons-medicinaux

[2]. Source : Gordon M, Bihari B, Goosby E, Gorter R, Greco M, Guralnik M, Mimura T, Rudinicki V, Wong R, Kaneko Y. A placebo-controlled trial of the immune modulator, lentinan, in HIV-positive patients: a phase I/II trial. J Med. 1998;29(5-6):305-30.

[3]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22790046

[4]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19161947

2 réflexions au sujet de « Le Shiitaké »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *