banniere-fungi

Le Coriolus versicolor

photo coriolus versicolor

Histoire et origines

Le Coriolus versicolor figure parmi les champignons médicinaux chinois les moins connus contrairement au reishi ou Cordyceps.

Et pourtant, sa composition exceptionnelle font de lui un véritable allié pour le bien-être et le bon fonctionnement de l’organisme. C’est avant tout pour ses propriétés anti-cancéreuses que le Coriolus versicolor mérite notre attention.

Avant de s’y intéresser davantage, il convient de revenir à l’histoire et aux origines de ce champignon.

Plus connu sous le nom de « kawarataké » au Japon ou de « yun-zhi » en Chine, le Coriolus versicolor est un champignon qui pousse dans le monde entier, y compris dans les forêts européennes.

Il apprécie généralement les arbres feuillus (hêtres, bouleaux…) morts ou en mauvaise santé.

Le Coriolus versicolor s’est fait connaître à partir des années 1970, un chercheur japonais a en effet pu prouver l’efficacité de ce champignon chinois, jusqu’alors très peu connu, dans la lutte contre le cancer.

Son étude sur un patient atteint d’un cancer de l’estomac lui a permis, par la suite, de mettre au point le PSK, du nom des polysaccharides contenus dans le champignon.

Dans les hôpitaux chinois, japonais et américains, ce « médicament » a notamment pu accompagner des patients tout au long de leur chimiothérapie et radiothérapie contre les cancers digestifs. Aujourd’hui, pour faire face à la demande grandissante, le Coriolus versicolor fait l’objet d’une culture à grande échelle dans plusieurs pays.

Propriétés et bienfaits

Le Coriolus versicolor, comme d’autres champignons médicinaux chinois, est remarquable par sa composition. Sa teneur en polysaccharides PSK et PSP, issus de sucres complexes, est en grande partie responsable de ses nombreuses vertus sur la santé.

Propres au Coriolus versicolor, ces derniers agissent sur le système immunitaire et présentent une activité antitumorale, particulièrement efficace dans le traitement du cancer de l’estomac et du cancer colorectal. Une étude a pu mettre en évidence que le Coriolus versicolor est capable de bloquer l’angiogénèse afin de combattre la croissance tumorale en empêchant la formation de nouveaux vaisseaux sanguins.

Parallèlement à cela, il renforce et améliore les fonctions du système immunitaire pour que l’organisme puisse lutter efficacement contre les virus et cellules tumorales.

Grâce à son action bienfaisante sur l’immunité, le Coriolus versicolor est aussi un champignon médicinal chinois très intéressant pour soutenir l’organisme à chaque situation de vie où il est affaibli (stress, infections…).

Posologie et effets secondaires

Depuis la nouvelle réglementation européenne sur les plantes utilisées en tant que compléments alimentaires, le Coriolus versicolor et le Phellinus linteus figurent parmi les champignons médicinaux chinois interdits de libre commercialisation en Europe.

Leurs extraits ne sont donc pas en vente en Europe mais on peut les retrouver sous forme de compléments alimentaires en association avec d’autres champignons médicinaux. Le Coriolus versicolor et le Phellinus linteus peuvent aussi se trouver assez facilement dans la nature.

La posologie recommandée pour la consommation est de 2 à 5 g par jour de poudre de champignon soit 10 à 30 g de champignon frais. Il peut toutefois provoquer certains effets secondaires en cas de posologie trop importante ou d’une durée de prise trop longue : urticaires, troubles digestifs, migraines… Dans ce cas, il est conseillé de stopper le traitement et de demander l’avis de votre médecin.

De même, évitez la prise de Coriolus versicolor et de Phellinus linteus si vous êtes atteint d’une maladie auto-immune, en attente de greffe ou si vous avez subi une greffe d’organe. Si vous êtes dans un de ces cas, assurez-vous de consulter votre médecin avant de prendre du Coriolus versicolor ou du Phellinus linteus.

Enfin, bien qu’il n’y ai pas d’effet secondaire connu avec l’une de ces situations, la consommation de Coriolus versicolor et de Phellinus linteus n’est pas recommandée chez les femmes enceintes, allaitantes ou chez les jeunes enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *