banniere-fungi

Le Cordyceps

photo de cordyceps

Présentation

Histoire et origine

Le Cordyceps, de son nom scientifique Cordyceps Sinensis, fait partie des champignons les plus appréciés et utilisés dans la médecine traditionnelle chinoise.

Appelé « Yarsa Gunbu » (« ver d’hiver ») au Tibet ou encore Dong Chong Xia Cao en chinois, le Cordyceps est en effet un remède populaire, utilisé depuis 3000 ans comme tonique pour la longévité et pour redonner de l’énergie à l’organisme.

tibet

Au Tibet, les Cordyceps étaient exclusivement réservés au dalaï-lama lui-même tandis qu’en Chine, seuls l’Empereur et ses courtisans pouvaient profiter de ses bienfaits.

La légende raconte que le Cordyceps a été découvert grâce aux yacks et chèvres élevés par les Tibétains. Les animaux étaient alors plus forts et plus vigoureux après avoir « brouté » des Cordyceps.

Plus tard, en 1976, le Cordyceps atteint l’Occident grâce à un athlète chinois sorti vainqueur dont la victoire serait en grande partie due à la consommation de ce champignon.

Le Cordyceps a dès lors acquis sa réputation de champignon tonique extraordinaire.

Description

Il s’agit d’un champignon parasite qui se développe dans le corps de certains insectes en hiver, généralement des chenilles, des fourmis ou des araignées qui auraient mangé son mycélium.

C’est au printemps que le Cordyceps commence sa croissance dans le corps de la chenille, jusqu’à tuer l’insecte. Une fois la chenille momifiée le champignon traverse son corps puis sort de terre par sa tête. Son nom reflète bien cette caractéristique puisque Cordyceps signifie « du coeur à la tête » en latin.

Une incroyable vidéo filmant le développement du Cordyceps dans le corps d’une fourmi :

Ce champignon n’a pas de chapeau, il ressemble donc à un doigt brun de quelques centimètres.

Bien que le mode de développement de ce champignon puisse paraître étonnant, il est largement apprécié par la médecine traditionnelle autant pour ses propriétés que pour sa rareté à l’état sauvage.

On compte aujourd’hui près de 150 espèces de Cordyceps, dont une dizaine possèdent des vertus thérapeutiques connues. Le plus réputé est le Cordyceps Sinensis, mais les spécialistes parviennent maintenant à cultiver le Cordyceps Militaris qui possède les mêmes vertus tout en bénéficiant de la certification Bio, impossible avec le Sinensis puisqu’il ne pousse pas en terre.

Sa culture

La culture et la récolte du Cordyceps provient en grande partie de Chine, du Tibet (pour le sauvage notamment) mais également du Népal, de la Thaïlande, du Japon ou encore de Corée.

cueillette cordyceps au Tibet

Le Cordyceps Sinensis sauvage pousse en Asie sur les hauts plateaux tibétains, à plus de 3800 mètres d’altitude.

Malheureusement, le champignon est de moins en moins présent à l’état sauvage et tend à se raréfier, expliquant son prix au gramme, plus cher que l’or !

Les plus recherchés sont les plus gros et les plus dorés, il doit être ferme démontrant sa fraicheur.

Des cultures sous serre ont alors été mises en place, sur un substrat de riz ou de soja, dont la récolte intervient avant maturité totale du champignon, entre avril et juin. Il est important de le récolter avant dispersion de ses spores soit environ 10 jours après être sorti de terre.

Propriétés et bienfaits

En médecine traditionnelle chinoise

En médecine traditionnelle chinoise, le Cordyceps Sinensis permet de rétablir la santé générale du corps : soutenir la convalescence des malades, stimuler le système immunitaire, améliorer les fonctions sexuelles, renforcer l’action des reins, du foie et des poumons,…

Il est donc particulièrement apprécié pour son large champ d’action. Ses utilisations traditionnelles étaient destinées à augmenter la capacité physique et mentale ainsi qu’à améliorer la vitalité et la longévité. On dit qu’il a le pouvoir de fortifier l’énergie vitale, le Qi, notion importante en médecine chinoise.

Les Cordyceps sinensis sont considérés comme des champignons dits « adaptogènes » puisqu’ils aident l’organisme à s’adapter à son environnement et aux situations de stress. Il provoque en effet des changements infimes sur nos capacités physiologiques et augmente l’efficacité du système immunitaire.

Aujourd’hui, la science a permis de révéler une multitude d’autres propriétés du Cordyceps.

Ce qu’en dit la science

science

Les nombreux bienfaits du Cordyceps sont dus à la composition exceptionnelle de ce dernier. Il contient en effet des minéraux (magnésium, fer, manganèse, zinc, potassium), des vitamines (E, K, B en grand nombre), des acides aminés, et surtout des polysaccharides uniques.

Tonique puissant

De nombreuses études ont ainsi mis en évidence la capacité du Cordyceps a offrir une meilleure résistance aux effets du stress. Raison pour laquelle il est très apprécié par les athlètes pour améliorer leurs performances physiques et leur gestion du stress pendant les compétitions.

Notre seuil de fatigue est alors repoussé, l’énergie, les performances physiques et mentales sont augmentées[1].

Une équipe italienne en 2014 est parvenue à prouver une meilleure résistance physique d’athlètes grâce à la prise de cordyceps (il y avait également du Reishi) contre placebo.

Sur la libido

Le Cordyceps est également un aphrodisiaque puissant puisqu’il stimule la circulation sanguine dans les organes génitaux, augmente la libido et les niveaux de testostérone.

Une étude internationale en double aveugle a réalisé un test sur 188 patients en 1998. Avec 3 grammes de champignon par jour ils ont réussi à améliorer la fonction érectile de 64% contre 23% sur le groupe placebo [3].

Une étude effectuée sur plus de 1000 hommes et femmes a ainsi démontré l’effet tonique de ce champignon sur les fonctions sexuelles déficientes[4].

Ce n’est pas pour rien que ce champignon est désormais surnommé le Viagra tibétain !

Stimulation du système immunitaire et antioxydant

Les composants du Cordyceps agissent en renforçant le système immunitaire, en augmentant les défenses et en protégeant l’organisme contre les maladies respiratoires (bronchite, asthme…)[2].

L’étude de 2008 sur les souris parue dans Experimental Biology and Medicine a montré la capacité du Cordyceps à booster la récupération des globules blancs.

En 2000 puis en 2001, des chercheurs japonais et chinois ont démontré l’efficacité anti-vieillissement et antioxydante du Cordyceps souche Cs-4. Les revues de parution étaient Phytotherapy Research et Phytomedicine.

Depuis lors, l’industrie cosmétique a inclus cet ingrédient dans certaines de leurs crèmes antiâge.

Sur les reins

Enfin, ses composés actifs améliorent les fonctions du rein et protègent contre les infections urinaires. La consommation de Cordyceps peut prévenir les dommages causés aux reins par la prise de médicaments et d’antibiotiques, sans en contrer ou en réduire les effets.

Cet effet a été démontré par une étude en 2004 en Australie. Sur 60 patients répartis en 2 groupes, le second avec extrait de Cordyceps a récupéré 89% de leur capacité rénale contre 45% avec le traitement conventionnel.

Posologie et effets secondaires

Mode de consommation et posologie

Vous pouvez le consommer comme les chinois, qui l’aiment en infusion avec du thé ou en soupe, ou en l’incorporant à diverses recettes culinaires.

Si le Cordyceps possède de multiples bienfaits, il convient toutefois d’être vigilant sur la posologie et de connaître ses effets secondaires. Le plus souvent, on recommandera une prise de poudre de champignon d’environ 2 à 8 g de Cordyceps par jour.

L’idéal étant de choisir l’extrait du Cordyceps Sinensis, en effet celui-ci est beaucoup plus concentré en polysaccharides et sera donc bien plus puissant. Dans ce cas, on préconise entre 500mg et 1,5 gramme.

Cependant, ce traitement doit être personnalisé par votre médecin, en fonction de votre situation, de votre santé et de vos besoins. Par exemple, si vous souhaitez simplement stimuler votre système immunitaire, un fonctionnement sous forme de cure de 3 mois est possible, juste avant ou pendant une activité sportive importante.

Pour les enfants, il conviendra d’adapter et de diminuer les doses de Cordyceps selon le poids de l’enfant.

De plus, évitez les interactions avec les médicaments tels que des anticoagulants ou des traitements contre le diabète. A défaut, consultez votre médecin ou naturopathe qui sera le mieux à même de vous conseiller.

Effets indésirables

Tout d’abord, la prise de Cordyceps n’est pas conseillée aux personnes diabétiques, souffrant de trouble hémorragique, aux femmes enceintes ou allaitantes.

Le Cordyceps Sinensis ne possède pas d’effets secondaires notables.

Il peut cependant apparaître chez certaines personnes des douleurs au ventre, des nausées, une sécheresse buccale, des éruptions cutanées ou encore une légère somnolence.

D’une manière générale, le Cordyceps Sinensis est très bien toléré par l’organisme s’il est pris aux doses recommandées.

Références

[1]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20804368

[2]. Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17972591

[3]. Étude publiée dans The journal of alternative and complementary medicine

[4]. Source : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9764768

3 réflexions au sujet de « Le Cordyceps »

    1. Bonjour,
      Les 10g par jour sont un maximum. Pour tous les champignons, y compris le Cordyceps, il est conseillé de démarrer avec de petits dosages, type 1 gramme par jour, puis semaine après semaine, augmenter l’apport jusqu’à arriver à la dose souhaitée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *